Les méthodes

Méthodes

Pluridisciplinaire et s'exprimant sur des terrains variés, la recherche au sein du Sherpas ne saurait être réduite à une méthode unique. Voilà pourquoi nous avons décidé de présenter succinctement nos démarches en prenant soin de faire une distinction entre les disciplines scientifiques. Pourtant un principe semble se dégager de l’ensemble et qui renvoie à une posture commune : avoir un souci constant d’inscrire notre méthodologie sur des données de terrain(s) produites au cours d’enquêtes.

 

Sociologie

Les sociologues de l’atelier mènent l’enquête au plus près des terrains. Pour satisfaire une curiosité scientifique. Pour résoudre et découvrir des énigmes. Pour participer au changement social. Ces objectifs renvoient au travail classique de description, compréhension, explication des faits et se traduisent par l’élaboration de protocoles d’inspiration inductive pour théoriser. Cela nous conduit à explorer le terrain et convoquer les apports de la littérature sur la question, faire remonter des pistes explicatives et mettre à l’épreuve des faits nos énoncés. Armés des apports des enquêtes précédentes et de nos sensibilités théoriques respectives, nous conduisons la recherche.
Nos enquêtes ne s’accomplissent ni de manière sauvage, ni dans un vide théorique. Nous ne nous considérons pas non plus comme des passeurs du discours indigène. Autrement dit, l’approche, le gain, la construction des outils de recueil et d’analyse, la conceptualisation du terrain se font de manière construite pour domestiquer les données.
Cette posture demande du temps, elle est aussi facilitée par un travail en équipe. De fait, notre projet scientifique s’inscrit dans une démarche programmatique qui vise l’accumulation des connaissances, rend possible la comparaison des terrains et donne de l’envergure aux modèles explicatifs.

 

Histoire

Privilégiant la culture (pour ne pas dire le culte) de l’archive, les historiens du SHERPAS appartiennent à la famille des contemporanéistes. Ils inscrivent leurs travaux dans le champ de l’histoire culturelle, et plus particulièrement ceux du sport et de l’éducation physique, aujourd’hui en voie d’autonomisation. Sensibles à l’exploitation de « nouveaux outils » et de « nouvelles méthodes », jadis évoqués par Pierre Nora, ils complètent les matériaux institutionnels classiques (sources manuscrites et imprimés) par des ressources orales et iconographiques, publiques ou privées. Convaincus que le rapport au temps demeure le fondement de toute démarche historique, ils s’attachent également aux périodisations et effets de contexte, seuls garants de toute approche compréhensive.

 

Psychologie

Selon la méthode Andersonnienne (Anderson, 2008), les sujets sont confrontés à un questionnaire composé d’un ensemble de situations concrètes sportives construites à partir de divers facteurs à plusieurs modalités. Pour l’ensemble des scénarii présentés, les sujets doivent répondre à une même question en cochant un des cercles de l’échelle de jugement. Des analyses statistiques et graphiques sont ensuite effectuées.
Anderson, N.H. (2008). Unified social cognition. New York: Psychology Press.