Historique de l'atelier SHERPAS

La création de l’UFR STAPS en 1995 s’est accompagnée de la structuration progressive d’entités de recherches. Entre 1999 et 2001, un premier laboratoire, le LAMAPS (Laboratoire d’Analyse Multidisciplinaire des Activités Physiques et Sportives) agrégeait les premiers enseignants-chercheurs recrutés. Expérience éphémère se traduisant par la réorganisation de deux équipes, l’une en sciences de la vie (Groupe d’Etudes des Limites Biologiques et Motrices des APS, dont les chercheurs finiront par rejoindre l’EA 4488 « activité physiques, muscle et santé », avant que deux d’entre eux n’intègrent l’axe 1 de l’URePSSS), l’autre en sciences humaines et sociales qui en 2002, prendra le nom d’Atelier SHERPAS (Sociologie, Histoire, Education, Représentations des Pratiques et Activités Sportives).

Successivement rattaché au CREHS (Centre de Recherches et d’Etudes « Histoire et Sociétés », EA 4027) de 2005 à 2009, puis à l’Equipe de Recherche Septentrionale « Sport et Société » (ER3S) jusqu’en 2014, l’Atelier SHERPAS rejoint au 1er janvier 2015 l’URePSSS (Unité de Recherche Pluridisciplinaire « Sport, Santé, Société »), laboratoire régional STAPS.

Par-delà ce jeu institutionnel quelque peu sinueux, la voie empruntée par le SHERPAS depuis près de quinze années privilégie cette dimension artisanale du métier d’enseignant-chercheur, le dialogue permanent entre les disciplines (autour de l’histoire et de la sociologie notamment), ainsi que le respect des usages académiques. Affichées par ses deux fondateurs, Williams Nuytens (Sociologue, Professeur des Universités et directeur du SHERPAS) et Olivier Chovaux (Professeur d’histoire contemporaine, Directeur de l’UFR STAPS), ces orientations fabriquent l’identité du SHERPAS, et permettent de le situer, à la fois dans le paysage de la recherche en STAPS, mais également dans le champ des Sciences Humaines et Sociales qui, depuis un quart de siècle maintenant, s’attachent à étudier le sport en tant qu’objet scientifique et fait social.